10 février 2011

Vale !

Le trajet Tolède - Cordoue n'étant pas prévu par les compagnies de bus locales, c'est après un petit détour par Madrid que nous débarquons à Cordoue, l'une des plus belles villes d'Andalousie, peut-être même la plus belle. Ici les bars à tapas sont décorés de portraits de toreadors célèbres et de coupures de journaux d'époque. Le plus populaire : Manolete, dont je viens d'apprendre grâce à Wikipedia qu'il est né à Cordoue. Voilà pourquoi on le voit partout ! Toujours est-il que nous voilà plongés un peu malgré nous dans l'univers de la corrida. Honnêtement sur les tableaux ça ne paraît pas si terrible, c'est même plutôt artistique et presque attirant. Malheureusement le musée taurin est fermé pour rénovation donc il faudra attendre Séville pour en apprendre un peu plus sur le sujet.

SDC19419 SDC19420

La ville ressemble aux cartes postales paradisiaques des îles grecques : maisons blanches, rues pavées, géraniums et autres fleurs colorées aux fenêtres. Sans compter les nombreux patios aux innombrables orangers. La différence c'est que si au détour d'une rue on tombe bien sur une magnifique ruine romaine, quelques mètres plus loin c'est une superbe mosquée - cathédrale qui nous éblouit. Il s'agit certainement du monument le plus incroyable qu'on ait visité pendant ce séjour : elle était considérée comme l'un des monuments religieux les plus grandioses du monde arabe. Après la reconquête une cathédrale a été construite au coeur des colonnes d'origine. Un projet controversé pour un résultat qui ne faisait pas l'unanimité à l'époque : une cathédrale solennelle entourée de colonnes aux arcs subtils. Qu'on apprécie ou pas le mélange des genres, l'ensemble ne laisse pas indifférent. Le mirhab (orienté vers la Mecque) a été conservé : heureusement, c'est un véritable petit bijou (2e photo).

SDC19550 SDC19561 SDC19566

Les quartiers les plus touristiques de la ville gardent le souvenir de l'occupation arabe (qui a quand même duré quelques siècles), avec les désormais incontournables styles mudéjars et plateresques. Et que dire de l'alcazar et de ses jardins magnifiques même en plein hiver ? Je pense qu'on reviendra, rien que pour les admirer en saison.C'est ici que nous découvrons le salmorejo, spécialité de Cordoue décrite comme un gaspacho épais, j'ajouterai que c'est aussi très aillé. ça tombe bien, j'adore l'ail et même si ce velouté se mange foid je ne m'en lasse pas.

SDC19454 SDC19486

Cette ville recèle tellement de trésors, cachés ou non, que nous décidons d'y rester 2 jours de plus que prévu pour en profiter. Très bonne idée puisque ce petit délai supplémentaire nous permet de visiter les magnifiques patios du palais des ducs de Viana, le musée des Beaux-Arts, la synagogue (3e et dernière du pays si vous avez suivi l'article sur Tolède) ainsi que le musée archéologique qui, malgré mes réticences du début, nous a appris beaucoup sur l'Histoire Espagnole non contemporaine. Un petit tour par la tour de la Calahorra qui abrite le Musée vivo de Al-Andalus pour découvrir la vie à Cordoue à l'époque arabe. Un musée interactif qui nous a beaucoup plu et fait réfléchir sur la tolérance  et l'intérêt du mélange des cultures à une époque où la barbarie a été laissée de côté pendant quelques années grâce à un roi un peu plus intelligent que la moyenne des rois européens... Ajoutez à ça une magnifique maquette de l'Alhambra, un petit concert de musique traditionnelle avec des instruments d'époque et une vue panoramique sur la ville et vous comprendrez que ce musée a été une expérience très agréable, comme le reste de notre séjour à Cordoue.Je ne ferai pas de commentaire sur la température ambiante...

SDC19654 SDC19674

La seule chose qu'on n'aime pas à Cordoue, c'est de devoir partir.

SDC19505 SDC19516 SDC19524 SDC19467

Posté par Kebby à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Vale !

Nouveau commentaire